Lexique: De Adresse à Frontispice

A

Adresse
Indication de lieu et date d’édition d’un livre, parfois d’éditeur. Elle est le plus souvent mentionnée sur la page de titre.

Almanachs et Almanachs royaux
Source d’informations et de renseignements utiles pour la vie quotidienne (calendrier détaillé, météorologie, astrologie...). Le plus répandu des livres populaires. On distingue, parmi eux, les Almanachs Royaux qui contenaient tous les renseignements administratifs du royaume. Ils sont souvent dans de belles reliures.

Armes, Armoiries
Voir « Reliure ».

© L'intersigne

© L'intersigne

Autographe
Littéralement : « écrit par le personnage lui-même ». Cela peut aller d’une simple signature, d’une lettre (lettre autographe ou lettre signée), jusqu’au volumineux manuscrit d’un ouvrage. Chaque autographe est une pièce unique, un témoignage irremplaçable d’une personnalité. Les thèmes sont multiples : un auteur, un personnage historique, une époque, une région, les sujets qui vous intéressent. Les autographes suscitent une curiosité de plus en plus vive. Les libraires spécialisés, adhérents au Syndicat national de la Librairie Ancienne et Moderne, vous éviteront les pièges subtils du faux, des copies, et vous conseilleront avec efficacité et passion. Leurs catalogues sont une mine incomparable d’informations.

B

Bandeau
Ornement décoratif en tête de la page.

Bibliographie
Ouvrage qui recense les livres publiés sur un sujet ou un auteur donné, et leurs diverses éditions, qui permet de les connaître, d’approfondir une recherche, de vérifier. Il en existe des milliers, sur tous les sujets. C’est au travers de ces ouvrages de référence que vous apprendrez à connaître le nombre exact de gravures que comportait tel ouvrage lors de sa parution, à identifier les éditions originales et chacune des éditions suivantes, dont la valeur va, en général, en décroissant. (Par exemple, le Manuel du libraire et de l’amateur de livres de Jacques-Charles Brunet, le Trésor du bibliophile romantique et moderne de Léopold Carteret,...).

Missel à l’usage d’Evreux (1525). Impression sur peau de Vélin. Figures enluminées à l’époque

Missel à l’usage d’Evreux (1525). Impression sur peau de Vélin. Figures enluminées à l’époque

Bibliophile et Bibliophilie
« Une personne qui aime, recherche et conserve avec soin et goût les livres rares, précieux » (Le Petit Robert).
La bibliophilie est toujours une passion créative, car l’amateur forme son goût petit à petit et constitue ainsi, en se faisant plaisir, un ensemble qui prendra sa signification au fil des acquisitions.

Broché
Livre dont les cahiers, cousus, sont presque toujours recouverts d’une simple couverture de papier.

Brochure
Imprimé comportant un nombre restreint de pages et toujours non relié.

C

Cahier
Formé par le pliage d’une grande feuille, qui produit ainsi plusieurs feuillets. Voir « format ».

Carton
Feuillet réimprimé en cours de tirage et en remplaçant un autre, fautif ou censuré. On dit d’un exemplaire qu’il est cartonné ou non cartonné (ou aussi « avant les cartons »).

Catalogue de libraire
Fruit d’une longue tradition de la librairie, il est aujourd’hui le mode de communication privilégié entre un libraire et ses clients. Il donne le maximum de précisions sur les ouvrages sélectionnés et offre ainsi les meilleures garanties pour les acheteurs. Attendu avec impatience par ses destinataires, lu fébrilement dès réception, il impose une réaction rapide à qui veut acquérir une pièce convoitée. Il peut comporter d’intéressants renseignements bibliographiques ou des informations nouvelles (Voir également les définitions des abréviations d’usage).

Collation
Description physique du livre qui détaille sa pagination et ses planches. Elle permet ainsi de s’assurer qu’il est bien complet.

Colophon
Du grec kolophôn, « fin, terminaison ». Note imprimée ou manuscrite, à la fin d’un ouvrage, indiquant les éléments matériels de l’édition. Dans un livre ancien, et avant l’apparition de la page de titre, il rassemblait les indications sur l’édition : auteur, titre, imprimeur, date, etc. Pour les livres modernes, on dit « achevé d’imprimer ».

Coloriage
Opération qui s’effectue, après le tirage de l’imprimerie, sur chaque feuille avec des couleurs à l’eau. À ne pas confondre avec la gravure en couleur qui fait appel à un procédé d’impression.

Contrefaçon
Édition pirate d’un livre, faite à l’insu de l’auteur et de l’éditeur. Voir « préfaçon ».

Cul-de-lampe
Figure gravée ou typographique centrée en fin de chapitre.

Curiosa
L’un des thèmes du livre ancien, qui concerne les ouvrages légers, licencieux, ou érotiques. Les auteurs sont souvent anonymes ou cachés derrière des pseudonymes, les éditeurs et années d’édition sont souvent fictifs. Les écrivains et les artistes ont apporté de tout temps leur contribution à ce genre de production.

 

D

Dédicace
Hommage d’un auteur à une personne : par un texte imprimé en début de volume (Molière, par exemple, faisait précéder ses comédies d’une dédicace au Roi) ou par une inscription manuscrite. Dans le premier cas, l’ouvrage est dédié à... ; dans le second cas, il est dédicacé à... Le dédicataire est la personne à qui un livre est dédié. Voir aussi « envoi »

E

Eau-forte
Procédé de gravure en creux. Sur une plaque de cuivre enduite de vernis, un artiste dessine une composition à l’aide d’une pointe d’acier. La plaque est soumise à un bain d’acide (« eau forte ») qui creuse le cuivre là où le vernis a été entamé par la pointe. Le cuivre débarrassé de son vernis est encré. L’encre logée dans les parties entamées de la plaque se reporte sur le papier par forte pression (presse en taille-douce, distincte de la presse typographique). Voir aussi « taille-douce ».

Édition
Ensemble du tirage d’un ouvrage. Parfois, pour laisser croire au public à un grand succès, certains éditeurs ont apposé sur une partie de la première édition des mentions fictives d’édition (Deuxième édition, Troisième, etc.). Par exemple Notre Dame de Paris de Victor Hugo. Voir « édition originale ».

Édition originale
Première publication d’un ouvrage en librairie généralement faite sous le contrôle ou avec le consentement de l’auteur (à l’exception, bien sûr, des publications posthumes). Elle est particulièrement recherchée. Voir aussi « première édition ».
Dans le cas d’une publication antérieure dans une revue, on parle d’édition « pré-originale ».

Émission
Ensemble d’exemplaires d’une même édition caractérisés par le moment où ils sont mis en vente. Divers éléments matériels permettent de les distinguer : titre de relai, couverture, mention fictive d’édition, etc. Par exemple, Les Chants de Maldoror ont été publiés en 1869 (première émission), puis, s’étant alors mal vendus, remis en vente en 1874 (deuxième émission).

Enluminure
Illustration ou décoration à la main de manuscrits ou plus rarement de certains imprimés précieux. On emploie aussi le terme de « miniature » ou plus généralement aujourd’hui de « peinture ».

Envoi
Dédicace autographe de l’auteur. Elle est un facteur d’intérêt et de valorisation de l’ouvrage. Voir aussi « ex-dono ».

Épreuves
Premières versions d’un texte imprimé soumises à l’auteur ou à l’éditeur pour corrections. Les exemplaires d’épreuves très corrigées, par Balzac ou Proust par exemple, peuvent être considérés comme des manuscrits.

Estampe
Gravure imprimée par n’importe quel procédé (bois, cuivre, pierre, acier, linoléum...). Elle peut être unique (monotype) ou à tirage très restreint. Pour acheter des estampes, adressez-vous à un marchand membre du Syndicat national de la Librairie Ancienne et Moderne.
Voir aussi « gravure », « lithographie », « eau-forte ».

État
Version d’une même édition ou d’une même planche (pour les estampes) qui peut différer des autres par des ajouts ou des suppressions parfois minimes.

Ex-dono
Inscription manuscrite portée sur un livre pour l’offrir, mais qui, par opposition à « l’envoi », n’est pas forcément de la main de l’auteur.

Exemplaire de tête
Voir « Grands papiers ».

Ex-libris
Signifiant littéralement « d’entre les livres », c’est un signe de propriété. Ce peut être une inscription manuscrite, un simple carré de papier, une étiquette imprimée ou gravée, portant des initiales, un symbole, des armes, un nom... Il est en général apposé au verso du plat d’un volume. De nombreux artistes ont gravé des ex-libris : Gavarni a dessiné celui des Goncourt figurant deux doigts d’une main allongés sur une feuille de papier où se trouvent les initiales E et J (unis comme les doigts de la main). L’ex-libris est, en soi, un thème de collection pour de nombreux amateurs.

© L'intersigne

© L'intersigne

F

Fascicule ou livraison
Partie d’un ouvrage dont la publication est étalée dans le temps. À la fin de la parution, on peut relier l’ensemble en volumes. Cela s’est beaucoup fait au XIXe siècle.

Faux-titre
C’est l’abrégé du titre imprimé sur le feuillet précédant le titre. Il apparaît au XVIIe siècle.

Filigrane
Le filigrane ou marque d’eau est l’empreinte laissée dans la feuille de papier lors de sa fabrication et visible par transparence. Il est la marque du fabricant.

Format
Un livre est généralement rectangulaire dans le sens de la hauteur, il peut l’être aussi dans le sens de la largeur (format oblong ou à l’italienne).
Le format d’un livre s’exprime rarement en centimètres mais plutôt en fonction du pliage de la feuille fournie par le papetier à l’imprimeur.
La grande feuille non pliée sur laquelle on imprime 2 pages est dite « in-plano ».
Une feuille pliée en deux (4 pages) donne un format « in-folio » (environ 50 cm),
une feuille pliée en quatre (8 pages) est un « in-quarto » (in-4) (environ 30 cm),
en huit (16 pages) est un « in-octavo » (in-8) (moins de 25 cm).
On trouve aussi des formats « in-douze » (in-12), « in-seize » (in-16), « in-vingt-quatre » (in-24), « in-trente-deux » (in 32).
À noter que la dimension des feuilles, donc celle des formats, a évolué au cours des temps, ou selon les lieux, en fonction de l’industrialisation de la fabrication du papier.

Frontispice
Composition gravée ou imprimée placée, en général, en regard du titre.