Back to list

Tell a friend

Rencontre avec Stéphane Martin, président du Musée du quai Branly

Stéphane Martin : Le Musée va ouvrir le 23 juin prochain, presque onze ans après que l’idée ait été lancée. Ce délai peut paraître long, c’est pourtant bref car il s’agissait d’un programme particulièrement ambitieux. Il a fallu deux ans pour élaborer les projets culturels et scientifiques. Un an pour définir le programme architectural et organiser le concours. Quinze des plus grands noms de l’architecture sont entrés en lice. Un jury international a finalement choisi Jean Nouvel en décembre 1999. Les travaux ont commencé à l’automne 2001. La proximité de la Seine imposait des travaux de protection et de cuvelage qui ont duré un an. Le bâtiment n’a véritablement commencé à s’élever qu’en 2002, et nous avons pu nous installer sur place à Noël 2004.

La lettre du SLAM : Quels événements avez-vous prévu pour l’ouverture ?

S. M. : L’inauguration du Président de la République aura lieu le 20 juin prochain, en présence de 300 personnalités venues du monde entier : responsables de musées, artistes, ethnologues, collectionneurs et représentants de peuples autochtones. Pour le grand public, l’accès sera gratuit du 23 au 26 juin, et le musée sera ouvert toute la nuit du 24 au 25, avec de nombreuses animations.

LLDS : Parlez-nous de la place des livres dans ce musée.

S. M. : Elle est importante de deux manières : Tout d’abord, ce nouveau musée fonctionnera sur le modèle du Centre Georges Pompidou : le Musée du Quai Branly abritera à la fois des collections permanentes d’art premier et des expositions temporaires (une dizaine par an), ainsi qu’un théâtre (qui porte le nom de Claude Lévi Strauss) et une bibliothèque. La richesse de cette dernière se comprend facilement car nous avons hérité de l’ensemble de la bibliothèque du Musée de l’Homme et du Musée d’Afrique et d’Océanie (de la Porte Dorée). Nous avons réinventorié et restauré ces collections, auxquelles nous avons ajouté 25 000 ouvrages d’acquisition récente. A cela s’ajoute une photothèque de 300 000 images. Nous avons bien sûr l’intention d’agrandir régulièrement ces collections.

LLDS : Quelle est la part des livres " anciens " ?

S. M. : Le fonds précieux est essentiellement constitué d’ouvrages d’ethnographie parus entre 1850 et 1930, dont des revues, tirés à part, etc. Ce sont pour les chercheurs des sources irremplaçables. S’y joint un petit fonds d’antiquariat, de voyages essentiellement.

LLDS : Combien de chercheurs abritez-vous ?

S. M. : Une trentaine de chercheurs seront à résidence, et nous accueilleront chaque année entre 200 et 250 étudiants. Deux salles de lecture seront à la disposition du public : au rez-de-chaussée, la salle Jacques Kerchache, qui ressemble un peu à un cabinet d’amateur compte 50 places. S’y trouvent environ 5 000 livres en libre accès, accompagnés de quelques objets ou photographies. Et sur le toit, une grande salle pourra accueillir 80 lecteurs. Les chercheurs pourront y faire des demandes sur l’ensemble du fonds, avec 25 000 ouvrages en libre accès. A côté, nous avons aménagé un " cabinet du fonds précieux ", pour la consultation sur rendez-vous des pièces les plus précieuses.

LLDS : Qui est responsable de ce cabinet précieux ?

S. M. : M. Ghislain Dibie, un amoureux des beaux-livres. Et l’ensemble des bibliothèques est sous la responsabilité de Madame Odile Grandet, Conservateur des bibliothèques. Mais l’ensemble des collections (sculptures, objets, livres, photographies…) dépend d’une même autorité, le " Département du patrimoine et des collections " dont le Directeur est Jean Pierre Mohen, qui succède à Germain Viatte.

LLDS : Les livres auront-ils leur place dans les expositions ?

S. M. : Oui. Dans certains cas, ils seront d’ailleurs le point de départ d’une exposition comme celle que nous consacrerons l’année prochaine à Rodolphe Festetics de Tolna, l’auteur de " chez les cannibales " et " vers l’atol de Minicoy ". En outre, dans la salle Kerchache, nous exposerons régulièrement des livres précieux et des photographies.

© La lettre du SLAM, n°20 (juin 2006)

Published 25 Jan 2011

Top