Back to list

Tell a friend

Rencontre avec Fabrice Teissèdre, libraire et éditeur

A. L. : Installé comme libraire de livres anciens, pourquoi avez-vous choisi de vous lancer dans l’édition ?

F. T. : J’ai commencé à faire de l’édition avec des réimpressions de textes rares sur l’Empire en 1997. J’ai maintenant une centaine de publications à mon actif, avec une bonne part d’inédits. L’aventure m’a tenté pour une double raison. En premier lieu, j’avais un désir de création que le livre ancien ne me permettait pas de réaliser. Le commerce que nous exerçons est à la fois excitant, amusant et passionnant mais cela reste avant tout du commerce. L’édition permet de faite naître un projet, une idée, qui va rester et être diffusé. C’est une satisfaction que ne procure pas le livre ancien. Ensuite, j’ai vu l’édition comme une ouve rt u re commerciale de la librairie. Éditer des ouvrages sur les thèmes qui sont aussi ma spécialité en livres anciens me paraissait la meilleure manière d’ouvrir la librairie à des personnes qui n’en auraient jamais franchi le seuil. La présence de mes ouvrages sur les rayons des grandes librairies était aussi une extraord i n a i re ouve rt u re. Le pari a pour moi été gagné. Sur le plan de la rentabilité pure, c’est une autre histoire … A. L. : Vous venez de recevoir le prix de bibliographie 2005 en tant qu’éditeur de la Bibliographie analytique des témoignages oculaires imprimés de la campagne de Waterloo par Philippe De Meulenaere. Pourquoi ce choix ?

F. T. : L’auteur, qui est un de mes clients, avait déjà publié chez un confrère une Bibliographie sur l’expédition d’Égypte. Quand il est venu me proposer son projet, j’ai bien sûr été très enthousiaste. Comment ne pas apprécier un tel travail, fruit de dix années de recherche, utile à la fois aux collectionneurs, aux chercheurs et aux libraires.

A. L. : Le fait que l’auteur de la bibliographie soit un collectionneur vous paraît-il apporter quelque chose ?

F. T. : Il est certain qu’en tant que collectionneur, il n’a pas la même vision qu’un universitaire. La description technique du livre, si elle est un élément de base nécessaire, n’est pas suffisante. Il a conçu son ouvrage comme une véritable histoire de la campagne de Waterloo par le témoignage. Chaque ouvrage est donc minutieusement décrit mais surtout abondamment commenté. Il faut souligner que Waterloo est une bataille européenne et que l’auteur a rédigé une bibliographie européenne grâce à sa parfaite connaissance du français, de l’anglais, du néerlandais et de l’allemand.

A. L. : Avez-vous d’autres projets dans l’édition ?

F. T. : Cinq ouvrages devraient sortir à l’automne : un ouvrage sur les guerres de la Révolution en Corse, une importante étude sur les campagnes de Prusse et de Pologne sous l’Empire, un inventaire de la peinture napoléonienne d’après les cartes postales et deux biographies de généraux.

© La lettre du SLAM, n°12 (juin 2005)

Published 25 Jan 2011

Top